Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

EPISODE 1 : Tangerine Dream 66 - 70


TANGERINE DREAM : Méditation électronique


Pour Tangerine Dream, pilier incontournable de ce mouvement, si le succès international ne viendra qu'en 1974 avec "Phaedra", il faut remonter dix ans en avant pour en retrouver l'origine. En 1964, Edgar Froese est le guitariste du groupe The Ones, groupe très influencé par les Rolling Stones


Mais c'est seulement en 1966, que The Ones produisent un simple dont les titres sont « Lady Greengrass » et « Love of Mine » en 1967.



  Puis, en septembre 1967, Edgar Froese fonde un nouveau groupe qui s’appelle d’abord « Minus plus » puis « Tangerine Dream »..

Tangerine Dream joue alors du rock psychédélique et  se compose d'Edgar Froese à la guitare, Kurt Herkenberg à la basse, de Lanse Hapshash aux percussions, du flutiste Volker Hombach et de Prince aux chants.

Mais la carrière de ces musiciens allemands ne décolle pas. Complètement désargentés, ils décident de se séparer.

Pour parfaire ses connaissances musicales, Froese suit alors des cours de composition dispensés au Conservatoire de Berlin. C'est là qu'il va rencontrer en 1969 Steve Joliffe( qu'on retrouvera quelques années plus tard sur l'album "Cyclone") et Klaus Schulze. Un nouveau Tangerine Dream émerge pour quelques mois. Il devient un groupe de musique d’avant-garde. Cet aspect musique contemporaine s’accentue avec le départ de Steve Joliffe et son remplacement par Conrad Schnitzler.Et c'est dans cette configuration qu'ils enregistrent leur premier album "Electronic Meditation" en 1970...

 
- qui sort sur le label OHR.(Oreilles).

 
Edgar Froese, excellent mélodiste, Klaus Schulze, sorcier des rythmes et Conrad Schnitzler,
- l'élégant décorateur, trois personnalités artistiquement très fortes qui s'affrontent, se frictionnent.

Un disque très avant gardiste, tortueux, où chacun balance ses idées en vrac, de la véritable lave en fusion.Un maelström sonore où la guitare de Froese s'en donne à coeur joie.

Paradoxalement, malgré son aspect quelque peu rebutant et pour de nombreux aficionados du Rêve Mandarine, ce disque là reste exemplaire et exerce toujours un étonnant pouvoir de fascination.C'est mon cas !

 














Écrit par Rebel Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.