Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

EPISODE 40 : Klaus Schulze : 1977

Klaus SCHULZE : 1977 LA NOTORIETE

 

 A partir des années 75 et jusqu'en 79, Klaus SCHULZE devient une superstar en France . Et les deux plus grands magazines pop/rock (Best et Rock & Folk) lui consacrent beaucoup d'articles, d'interviews et d'excellentes critiques sur  ses albums et ses concerts, ainsi que de grands thèmes expliquant cette nouvelle technologie sur cette musique venue d'ailleurs, fait à partir de longs entretiens .

Les disques de Klaus durant ces années entrent dans les charts français et ses concerts devinrent aussi importants et attendus que ceux de n'importe quel grands groupes de rock.

C'est en 1977 qu'il rencontre le groupe japonais FAR EAST FAMILY BAND . Klaus accepta  de produire le groupe pour Polygram (la maison mère de Métronome).

 Celui qui devint plus tard le fameux KITARO était juste un des deux sympathiques claviéristes de ce groupe de «space rock».

Klaus réenregistra sa partition parce qu'elle avait été enregistrée avec des micros placés devant ses enceintes Marshall, ce qui évidement sonnait affreusement mal. Il en profita pour montrer à ce claviériste deux ou trois autres astuces...

 Le label anglais Island va alors manifesté de l'intérêt pour Klaus SCHULZE, mais aussi un imprésario anglais.

 Et Klaus est plutôt enthousiaste . Et fin  1976, Island  lui propose un contrat en tant que star soliste.

Malheureusement, depuis les BEATLES, l'Angleterre n'est pas seulement le centre de la pop music moderne, mais aussi le pays des contrats les plus longs et plus compliqués qu'on puisse imaginer. Pour ceux qui ne sont ni anglais ni avocat, ils restent  un mystère complet.

Toujours est il que deux albums paraîtrons au cours de cette période. C'est l'époque du projet GO ! **

 Et de Mirage.

 Mirage n'était pas exactement ce qu'Island attendait, c'est-à-dire un deuxième «Moondawn». Mirage reste assez  difficile d'accès, pas conçu , en tout cas,  pour se vendre rapidement et en grande quantité.

Comme Moondawn, il se hissera à la 10ème place des ventes d'albums en France.

Une raison explique la gravité et le sentiment de perplexité qui se dégagent de Mirage.

Klaus avait un grand frère qui était un modèle pour lui dans ses jeunes années. C'est d'ailleurs lui qui lui donna la passion de la batterie. Ce frère, Hans-Dieter, mourut d'un cancer pendant l'hiver ou Mirage fut enregistré. Cette musique est dédiée à son frère.

Mais Mirage reste toujours un disque exceptionnel et intemporel.

""Il est des oeuvres musicales comme des oeuvres littéraires ou des tableaux de maitres.Certaines vous séduisent instantanément sans que vous sachiez vraiment pourquoi.Et les critiques vous importent peu.Mirage fait partie de ceux là.Séduit et conquis dès les premières mesures, ce disque fit longtemps partie de ma discothèque idéale.Pratiquement en boucle...Et aujourd'hui encore, lorsque je l'écoute, la magie opère toujours.Le plus incroyable,surtout sur Velvet Voyage, c'est que sur une musique relativement minimaliste, KS réussit à retenir l'attention et à captiver l'auditeur.Crystal Lake est plus rythmé( tout est relatif) mais sublime. Cependant un mystère demeure.Sur Velvet Voyage , on entend des voix furtives.Mais que disent les voix ??"" Snooky in Guts Of Darkness

MIRAGE ( 1977 )

Klaus SCHULZE / all instruments

A l'époque les réalisateurs cinématographiques comprirent très vite l'impact que pouvait avoir une telle musique en matière de bandes sonores.

En 1976 Klaus en avait composé pas mal pour des films d'avant-garde, en échange de....rien du tout.

 A la fin de l'année 76, un producteur de film de Düsseldorf, Lasse BRAUN contacta Klaus pour composer la musique d'un film X, Body Love, qu'on pourrait traduire par "Amour Charnel".

Pour que Klaus trouve la bonne inspiration, le producteur l'invita à venir avec lui en Floride.

Pas de problème  et notre synthétiste allemand apprécira grandement la vie agréable et ensoleillé de Fort Lauderdale... Le seul salaire pour son travail était qu'il pouvait choisir une de ces pétulantes voitures américaines chez le concessionnaire allemand ayant l'exclusivité de ces voitures à Düsseldorf.

 

 L'album Body Love se vendit étonnamment bien. En fait, deux fois plus de copies que n'importe lequel des précédents album de Klaus sur le label Brain.

Plusieurs raisons à celà : le disque était aussi vendu aux caisses des cinémas spéciaux aux lumières rouges (cinéma classé X). Et puis aussi parce qu'il y avait sur la pochette originale des photos de femmes nues... et des femmes nues sur des pochettes font toujours vendre .

Par la suite , SCHULZE édita une version II , quelques chutes de studio inexploitées et seul le long titre , "Nowhere Nowhere" est vraiment différent...

""Apparemment une BOF dont le sujet du film( voir la pochette) n'aura échappé à personne.Sorti de son contexte, reste la musique.Pour l'écoute, et c'est paradoxal, j'ai commencé par celui là.Et Body Love 2, c'est surtout Nowhere Nowhere , d'une redoutable efficacité,sensuel et langoureux en diable, avec un jeu de batterie d'une extraordinaire sobriété.D'ailleurs, à ce propos, il me semble que c'est Harald Grosskopf( batteur en son temps du mythique groupe Wallenstein) qui officie( sur les deux) aux percussions.A côté de cela, Moogetique, trop contemplatif et Stardancer II , malgré son rythme effréné apparaissent presque superflus.Mais attention ! Chez KS, superflus ne veut pas dire mauvais. Il faut quand même garder un certain sens des valeurs."" Snooky à propos de Body Love 2 in Guts of Darkness

BODY LOVE (1977)

Klaus SCHULZE : Keyboards & Synthétiseur

Harald GROSSKOPF (batterie)

BODY LOVE II (1977 )

Klaus SCHULZE : Keyborads, synthétiseur Moog, Minimoog, Polymoog, A.R.P. Odyssey, A.R.P. 26000+Séquenceur,Farfisa String Orchestra et batterie

Harald GROSSKOPF (batterie et percussions)


** GO était un super groupe composé de :


Stomu YAMASHTA - percussion & synthesizer
Klaus SCHULZE -
"space machine"
Al DI MEOLA -
guitar
Steve WINWOOD -
keyboards and vocals
Michael SHRIEVE -
drums


A SUIVRE ........... ENTRACTE 4 : Pinky

Écrit par Rebel Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.