Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

EPISODE 22 : Klaus Schulze 75 - 76

Pour Klaus Schulze, ca décolle aussi !

Si les deux précédents albums n'avaient pas laissé un souvenir impérissable, il n'en sera pas de même pour les deux suivants qui vont littéralement faire connaître le synthésiste allemand.

En 1975, il sort "Timewind", deuxième et dernier opus chez Virgin, considéré comme son premier chef d'oeuvre d'après "Cyborg".


Même Steve ROACH, le maître de l'ambient, le considérera comme un "incontournable".


A l'origine, un simple album avec deux morceaux. Mais dans la réédition CD, Klaus nous gratifiera d'un album "bonus".

""Bayreuth Return est une splendeur virevoltante, légère, fine et ciselée.
Wahnfried 1883 est plus "lourd".
Majestueux et imposant, ce morceau vous écrase de sa puissance.
Déjà beaucoup d'émotions dans ce morceau.""

""Echoes of Time, c'est un peu le prolongement de Bayreuth Return, un "miroir" en quelque sorte.

Et si, je n'avais qu'un album à choisir dans l'imposante discographie de KS, je pense que mon choix se porterait sur cet excellent Timewind( avec X aussi à venir).""

Timewind(1975 version originale réédité en 2006 en double CD)

Klaus SCHULZE : Orgue Hammond, EMS VSC 3, Synthétiseur Arp et Percussions

Puis Klaus quitte Virgin et signe chez Isadora.
Et il publie en 1976, "Moondawn" qui sera réédité plus tard par Revisited Records avec un bonus.


A noter sur cet album, l'arrivée du percussionniste Harald GROSSKOPF début d'une longue association.

""Peut être l'album de la consécration. Et deux morceaux complètement différents.
"Floating" mérite bien son titre ; musique flottante, nappes synthétiques qui se chevauchent sur fond de séquenceur et de solos de synthies du plus bel effet.
C'est très vivant.
"Mindphaser" lui, vaut surtout par sa première partie(intro) à couper le souffle; longue plainte synthétique qui s'étire presque à l'infini jusqu'à l'explosion où synthies, orgue et percussions se partagent la vedette dans un furieux corps à corps. Très bluffant !
Moondawn est assurément un très bel album parce qu'au bout du compte, il n'a que peu vieilli.
Et ce malgré son âge !
Et puis aussi parce qu'il fit découvrir Klaus SCHULZE sur la scène internationale.
Assurément ! """

Moondawn(1976)


Klaus SCHULZE : Keyboards


Musiciens additionnels : Harald GROSSKOPF (percussions)


**********************


Écrit par Rebel Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.